L’éducation positive : mon mode de vie

Peut-on éduquer un enfant sans crier, s’énerver, s’affronter ou, à l’inverse, le laisser tout faire ? L’éducation doit-elle forcément être un combat permanent ? Je pense que non. Je pense que d’autres solutions, plus agréables pour les enfants et aussi pour les parents existent et parmi cette solution celle que j’ai adopté est l’éducation positive.

Et oui, je parviens à obtenir des choses de mon fils sans jamais m’énerver, il est poli et « bien élevé » sans que j’ai recours à l’autorité. Difficile à croire ? Puisque je vous le dis… pour le reste, mes arguments sont dans la vidéo suivante :

 

Toujours pas convaincu ? Qu’avez-vous à perdre à essayer ? Attention toutefois, l’éducation positive n’est pas une potion magique : il faut bien sûr du temps, de la patience, de la volonté et la capacité de vouloir écouter son enfant. Pour vous guider, n’hésitez pas à lire les ouvrages d’Isabelle Filliozat… et à me faire vos retours 🙂

Publicités

3 commentaires sur « L’éducation positive : mon mode de vie »

  1. J’ai un petit garçon de 16 mois. J’ai découvert la psychologie positive quand j’ai fait mes études (je suis professeure des écoles). J’ai tout de suite adhéré à ce mode d’éducation car je trouve qu’il y a beaucoup moins d’animosité, de violences même entre les parents et leurs enfants. Je le remarque aussi avec mon fils. Il y a une relation de confiance qui s’est tissée entre nous et lui. On lui explique simplement les choses, on le rassure, on l’écoute… On porte notre attention sur lui et c’est ce qu’il nous demande. Après, quand il se met en colère, c’est souvent lorsqu’on lui interdit de faire certaines choses (dangereuses). Alors on tient tête, sans hausser le ton, car ça sert à rien, vraiment, et on essaie de lui faire comprendre que c’est pour sa sécurité et son bien être. On essaie de lui changer ensuite les idées, de l’occuper à autre chose. Jouer avec des objets inoffensifs et surtout adapté à son âge (car baby chou préférerait jouer au téléphone de maman ou à celui de papa…).
    La psychologie positive n’est pas simple à mettre en place, car nous aussi on n’a des pulsions, on n’est fatigué, on n’en a ras le bol du train train quotidien… Et comme tu l’as dit si bien dans ta vidéo, les parents parfaits n’existent pas.
    Mais une fois qu’on l’a adopté, la vie change. Il y a moins de contrainte, on ne fait plus le gendarme, on n’est plus le ou la méchante qui interdit tout à son enfant. On est un parent. Un parent aimant. Qui a choisi une éducation à son image ; où chacun est libre de choisir celle qui lui convient le mieux….

  2. Super vidéo !
    Je pratique la parentalité positive depuis quelques semaines et ça change la vie.
    J’ai fais le tri entre ce qui me convenait ou non dans cette « méthode d’éducation » et ça me convient très bien !
    Belle journée à toi
    Aurore

  3. Merci pour cette vidéo ! Je pratique la parentalité positive avec ma petite fille de 12 mois et, comme tu l’expliques aussi, le plus difficile, ce sont les commentaires de certaines personnes obtuses…;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s